Un autre regard sur la mondialisation et l'industrie

Président :
Bernard Carayon
(Ancien député UMP du Tarn)

Vice-Président :
Jean-Michel Boucheron
(Ancien député PS d'Ille et Vilaine)

Publications - Lettre Prometheus - Octobre 2016

CARAYON2005C’est chose faite. Le 23 septembre, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a signé le contrat d’achat de l’Inde à la France de 36 avions de combat Dassault Aviation Rafale, pour un total de 7,87 milliards d’euros. Construits en France pour l’essentiel, une nouvelle réjouissante en des temps de chômage endémique, les appareils seront dotés d’équipements d’autres champions français, Safran et MBDA. (1) Le fantastique savoir-faire de Dassault est encore une fois reconnu et souligne combien la France est une puissance industrielle de premier plan.
Dassault Aviation n’a pas toujours rencontré ce soutien des pouvoirs publics, en dépit des plus de 12 000 personnes qu’il emploie. En 2007, Hervé Morin, alors ministre de la Défense, avait surpris tout le monde lors de l’Université d’été de la Défense. Il avait qualifié le Rafale d’ « avion très sophistiqué et difficile à vendre », suggérant « qu’on propose aux politiques la possibilité de choisir un équipement un peu moins sophistiqué ». Avec maladresse, Hervé Morin citait les Américains qui remportaient des contrats « souvent avec des F16 d’occasion ». (2) En 2015, il déclarait curieusement avoir « rattrapé Dassault par les cheveux » pour ce contrat avec l’Inde. (3) Plus modeste, le PDG de Dassault Aviation, Éric Trappier, soulignait récemment que les bonnes relations avec l’Inde furent l’un des facteurs déterminants dans cette vente.
Au début des négociations, en 2012, Pierre Lellouche, alors secrétaire d’Etat au commerce extérieur, avait loué les qualités du Rafale, le qualifiant de « très bon avion, qui a fait ses preuves dans les opérations récentes en Afghanistan, en Libye et ailleurs ». (4) Il ne tint pas toujours ce discours : en 1995, à Libération qui lui faisait remarquer que le Rafale n’était pas en retard sur le matériel américain, il répondait « mais si ! Le Rafale et le Leclerc, ce sont des armes de la guerre froide »… (5)

***

Aujourd’hui, la réussite indienne ouvre d’autres perspectives. Le groupe Dassault attend un contrat de 18 avions avec la Malaisie, et davantage avec les Emirats Arabes Unis. (6)
La signature du contrat avec l’Inde nous enseigne trois leçons. Le patriotisme économique doit devenir la règle. Systématiquement, les pouvoirs publics doivent se mobiliser pour notre industrie et nos entreprises, notamment quand elles créent des emplois en France. En deuxième lieu, nous devons revendiquer notre confiance dans le savoir-faire français, l’un des meilleurs au monde. Sinon, en dénigrant nos champions comme le fit Hervé Morin avec le Rafale, comment convaincre les investisseurs, remporter de nouveaux marchés, réaffirmer notre puissance et donner du travail à nos compatriotes dans le secteur ? Enfin, plus grave, le cas du Rafale illustre la fracture qu’il peut exister entre le monde politique et le pragmatisme des industriels. Alors que certains politiques donnent le sentiment de vivre dans le temps médiatique, les seconds savent prendre le recul nécessaire. Le travail et le talent finissent toujours par payer, comme le rappelait Éric Trappier : « Il faut travailler sur le long terme. Si les avions sont bien pensés, bien conçus, le succès finit par arriver. Il faut être patient et tenace. »

A bon entendeur…

Bernard Carayon

Président de la Fondation Prometheus

(1) http://www.air-cosmos.com/dassault-rafale-en-inde-le-contrat-sera-bien-signe-le-23-septembre-82485

(2) http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2007/09/12/morin-critique-/

(3) https://www.youtube.com/watch?v=KxXTIc_rdtE

(4) http://www.lepoint.fr/economie/pierre-lellouche-le-contrat-de-vente-des-rafale-reste-a-finaliser-31-01-2012-1425778_28.php

(5) http://www.liberation.fr/futurs/1995/04/19/pierre-lellouche-le-rafale-et-le-leclerc-sont-depasses_129758

(6) http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/rafale-pour-le-pdg-de-dassault-il-faut-etre-patient-et-tenace–1041345.html