Un autre regard sur la mondialisation et l'industrie

Président :
Bernard Carayon
(Ancien député UMP du Tarn)

Vice-Président :
Jean-Michel Boucheron
(Ancien député PS d'Ille et Vilaine)

A la une

I) Un OTAN économique

Les Etats-Unis sont les premiers clients de l’Union européenne, et réciproquement : chaque jour, 2,7 milliards de dollars de biens et services s’échangent entre les deux zones. Les investissements directs représentent 3700 milliards de dollars. Les échanges entre filiales de mêmes groupes représentent plus de 50% des échanges. Le Traité transatlantique (Transatlantic Trade and Investment Partnership – TTIP, également appelé TAFTA) concernerait ainsi un marché de 800 millions de consommateurs, 40% des échanges mondiaux et 50% du PIB mondial.

Lire la suite

L’impératif industriel.

 

Le colbertisme « high-tech » aurait vécu. Le modèle de dirigisme économique hérité du Général de Gaulle est ainsi désigné par les économistes Elie Cohen et Pierre-André Buigues, dans Le Décrochage industriel (1). Elie Cohen regrette ainsi que la France ait abandonné ce modèle qui était « au cœur de sa stratégie industrielle sans le remplacer par rien. »

Il est certain qu’avec l’ouverture, même relative, de la France au commerce international dans les années 1980-90, il était difficile de maintenir la promotion de nos champions nationaux, passant par la commande publique «  au service de la formation de champions nationaux, le protectionnisme offensif, les transferts de résultats de la recherche publique, les grands plans nationaux d’équipement, la connivence entre élites politiques, administratives, industrielles et de gestion. » Ces leviers d’action ont été perdus.

Lire la suite

… La France et l’Europe doivent se battre

Le patriotisme économique, formulé pour la première fois en 2003 et rendu célèbre par le premier ministre Dominique de Villepin dès juillet 2005, alors que des rumeurs infondées d’offre publique d’achat (OPA) planaient sur Danone, est destiné à protéger et promouvoir les industries stratégiques de la France, autour desquelles se forge le destin d’une nation.

Cette notion a été fortement critiquée au moyen d’arguments souvent invalides, parfois de mauvaise foi. Si un élu de droite et un étudiant membre d’un think tank de gauche prennent ici ensemble la plume, c’est d’abord pour souligner que le sujet dépasse largement les conflits de générations et de partis.

Lire la suite

Par Christian Harbulot, Directeur de l’Ecole de Guerre Economique

Rogner le budget de la défense française soulève une question cruciale : la paix intérieure est-elle plus vitale que la paix extérieure ?

Les colloques n’attirent plus les foules depuis longtemps. Trop de moulins à parole, trop de thèmes surfaits et façonnés par la langue de bois. En choisissant le thème « Pensée dominante versus liberté de l’information », l’Ecole de Guerre Economique a pris le risque de s’enliser dans des débats polémiques et stériles. Elle s’est alliée pour la circonstance avec le site Theatrum Belli et le Master Pro Cinéma, Télévision, Nouveaux Médias de l’Université Paris I. Trois univers différents mais un point commun : l’envie de transgresser les frontières du politiquement correct pour peu que cette expression ait encore un sens en dehors du microcosme parisien.

Lire la suite

Page 2 of 12«12345»10...Last »