Un autre regard sur la mondialisation et l'industrie

Président :
Bernard Carayon
(Ancien député UMP du Tarn)

Vice-Président :
Jean-Michel Boucheron
(Ancien député PS d'Ille et Vilaine)

Actualités

… La France et l’Europe doivent se battre

Le patriotisme économique, formulé pour la première fois en 2003 et rendu célèbre par le premier ministre Dominique de Villepin dès juillet 2005, alors que des rumeurs infondées d’offre publique d’achat (OPA) planaient sur Danone, est destiné à protéger et promouvoir les industries stratégiques de la France, autour desquelles se forge le destin d’une nation.

Cette notion a été fortement critiquée au moyen d’arguments souvent invalides, parfois de mauvaise foi. Si un élu de droite et un étudiant membre d’un think tank de gauche prennent ici ensemble la plume, c’est d’abord pour souligner que le sujet dépasse largement les conflits de générations et de partis.

Lire la suite

Par Christian Harbulot, Directeur de l’Ecole de Guerre Economique

Rogner le budget de la défense française soulève une question cruciale : la paix intérieure est-elle plus vitale que la paix extérieure ?

Les colloques n’attirent plus les foules depuis longtemps. Trop de moulins à parole, trop de thèmes surfaits et façonnés par la langue de bois. En choisissant le thème « Pensée dominante versus liberté de l’information », l’Ecole de Guerre Economique a pris le risque de s’enliser dans des débats polémiques et stériles. Elle s’est alliée pour la circonstance avec le site Theatrum Belli et le Master Pro Cinéma, Télévision, Nouveaux Médias de l’Université Paris I. Trois univers différents mais un point commun : l’envie de transgresser les frontières du politiquement correct pour peu que cette expression ait encore un sens en dehors du microcosme parisien.

Lire la suite

 

Je salue la décision du tribunal de commerce de Nanterre qui a retenu l’offre française de reprise d’Ascometal. C’est une excellente nouvelle pour les salariés du groupe et pour les clients de l’entreprise qui ne l’avaient pas lâchée durant ses difficultés. C’est aussi la concrétisation d’un patriotisme économique qui a rassemblé les porteurs du projet, les élus, l’Etat et les syndicats.

Bernard Carayon

Lire la suite

Hier, l’ancien Premier Ministre François Fillon est monté au créneau « au nom du patriotisme économique », pour demander au gouvernement d’user le récent décret du 14 mai 2014, imposant aux groupes étrangers à se soumettre à une autorisation dans les secteurs stratégiques. « Je souhaiterais que vous réagissiez face au risque de démantèlement de l’entreprise et de fermeture de l’aciérie de Fos sur Mer », a-t-il écrit dans une lettre adressée à Manuel Valls. L’ex-député UMP Bernard Carayon a lui aussi apporté son soutien à cette offre dite «française», pourtant financée en majeure partie par deux fonds de retournement : « Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas », a-t-il titré dans une tribune publiée par «Challenges».

Lire la suite

Page 3 of 16«12345»10...Last »